Directeur adjoint du bureau d’Aix-Marseille d’ADD Associés depuis 2019, François Devictor a accepté de répondre à nos “questions à…”. L’occasion de parler de challenge, de nouveauté, de transmission. Et de Marseille, forcément.

Francois Devictor est né dans la Cité Phocéenne il y a 39 ans, et a, pour ainsi dire, baigné toute son enfance dans les arcanes du milieu de la généalogie. Formé aux techniques commerciales, en immobilier et en urbanisme, il commence pourtant sa carrière comme gérant d’une agence immobilière. Mais lorsque son père, Directeur régional d’une Etude en généalogie successorale, lui offre, en 2008, de l’intégrer, il cède immédiatement ses parts à un ami et opère la bascule. S’il a, en effet, pu dire, un temps « qu’il ne ferait jamais comme son père », la recherche successorale, assurément « le passionne depuis sa prime enfance ». Après une riche formation et onze ans de loyaux services, il s’interroge : désireux de nouveauté, il prend contact avec ADD qu’il considère alors être « le versant moderne du milieu ». L’affinité est élective et réciproque : il devient Directeur adjoint du bureau d’Aix-Marseille en 2019 et confie, souriant, en être plutôt contenté : « je n’y suis que depuis 9 mois et la variété de choses que j’ai déjà eu à faire est grande. Voilà ce que je recherchais !

Vous êtes depuis peu directeur adjoint du Bureau d’Aix. Pourriez-vous nous dire quelques mots de votre activité quotidienne ?

Mon rôle consiste à trouver de nouvelles affaires sur lesquelles ADD Associés va travailler puis, une fois les héritiers retrouvés, je m’occupe de liquider, pour le compte des héritiers, et en partenariat avec le notaire chargé du règlement de la succession. Par ailleurs, je travaille constamment à développer mon réseau de relations professionnelles qui s’est étoffé depuis presque 12 ans et je crois être arrivé à instaurer de la confiance et de la proximité avec mes clients et c’est à mon sens le plus important. Professionnellement, mon père a beaucoup contribué au développement de la profession de généalogiste dans la région, et a bénéficié d’une image positive de ce qu’il a réalisé durant sa carrière. Mon nom est donc aujourd’hui un atout important dont je me sers bien évidemment en apportant ma touche personnelle. J’essaie donc d’apporter mon expérience et mes idées pour contribuer au développement d’ADD ici.

Je crois être arrivé à instaurer de la confiance et de la proximité avec mes clients, et c’est à mon sens le plus important.

Dans votre souhait de nouveauté, pourquoi avoir choisi ADD ?

ADD Associés est une entreprise relativement récente dans le monde de la généalogie successorale mais avec des bases déjà très solides et qui l’ont amené au 2ème rang de ce secteur. Ma prise de fonction au sein d’ADD Aix correspondait à sa volonté d’accroître sa présence en région Sud. Pour ma part, je recherchais une entreprise à l’échelle plus humaine, avec une dynamique positive ; et la région Sud, est un territoire auquel je suis très attaché : je suis né à Marseille, mes racines sont ici et je me sens chez moi. Je cherchais néanmoins un nouveau défi, d’autres responsabilités, m’essayer à d’autres tâches. C’est ce que je pensais pouvoir trouver chez ADD et après presque une année au sein de cette structure, je ne suis pas déçu. J’ai intégré une équipe motivée et rassemblée autour d’un même objectif et de mêmes valeurs. ADD me faisait l’impression d’être une entreprise moderne, dynamique et ouverte aux évolutions du métier ; là aussi, mon impression s’est avérée juste.

Vous parlez des évolutions du métier : la généalogie que vous pratiquez aujourd’hui est-elle si différente de celle dans laquelle vous avez baigné et qui vous a formé ?

Bien sûr, le monde de la généalogie a bien changé entre ce que me racontait mon père et ce que je vis. Les bases de travail sont les mêmes mais les moyens dont nous disposons aujourd’hui ont complètement changé. Et ce n’est pas fini, ADD innove depuis plusieurs mois déjà en proposant le Tableau Généalogique Dématérialisé qui permet aux chercheurs de créer en direct, et au fur et à mesure de leurs recherches, le tableau généalogique à partir d’un support électronique : c’est une révolution dans le métier car jusqu’à présent, tout se faisait sur papier ! Par ailleurs, je suis convaincu que notre profession va encore connaître des changements dans les années à venir. Je pense notamment à une évolution des prestations que nous proposons aux héritiers. Il y a bien sûr aussi la mutation du notariat avec lequel nous travaillons en étroite relation depuis l’origine de notre métier, et qu’il va nous falloir positivement accompagner.

Le Tableau Généalogique Dématérialisé est une révolution dans le métier car jusqu’à présent, tout se faisait sur papier !

Enfin, la question usuelle : quelles sont d’après-vous les dispositions nécessaires pour travailler aujourd’hui dans le milieu de la généalogie successorale ?

L’honnêteté me semble la qualité la plus importante. La confiance auprès de ses clients est difficile à instaurer mais ce qui la maintient, c’est l’honnêteté. Je dirais aussi de la curiosité pour les choses, un bon sens des relations humaines et surtout de la disponibilité. Personnellement, ce qui excite ma curiosité, avant tout, c’est vraiment le contexte de chaque nouvelle affaire : chaque dossier est différent. On ne s’ennuie jamais dans ce métier ! Il faut dire qu’il peut être surprenant : j’ai souvenir d’un inventaire que nous avions fait au coffre d’une banque. Nous avions retrouvé un très grand nombre d’héritiers et la quasi-totalité avait voulu se déplacer pour voir ce que contenait ce fameux coffre. Nous étions tous serrés comme des sardines dans cette toute petite salle de la banque et lorsque le notaire a ouvert le coffre, il en a sorti une boite en métal, qui elle-même contenait… le dentier du défunt ! Nous étions tous un peu déçu mais nous avons bien ri de cet amusant pied de nez du défunt.