Fin octobre 2011, Hervé X. donne plusieurs milliers d’euros à un ami M. Z. Deux jours plus tard, il décède, laissant pour héritiers son épouse et ses trois enfants. Sa succession déclenche alors un feuilleton judiciaire.

Ses héritiers contestent en effet la donation manuelle qu’a reçue M. Z.. A leurs yeux, elle dépasse la « quotité disponible » dont Hervé X. avait le droit de disposer à sa guise, grignotant ainsi un bout de leur « réserve héréditaire ».

Retrouvez l’intégralité de cet article sur LeMonde.fr