Dans le cadre d’une gestation pour autrui, des difficultés vont apparaitre pour l’obtention de la reconnaissance par la France d’une filiation, et incidemment pour la reconnaissance de droits dans la succession.

Retrouvez l’article sur l’Agefi Actifs